Vous êtes ici

L’INTERVENTION DE LONGO: UN NOUVEAU TRAITEMENT CHIRURGICAL DES HÉMORROÏDES

Jusqu’à maintenant, le traitement chirurgical de référence des hémorroïdes était l’hémorroïdectomie pédiculaire, et plus précisément l’intervention de Milligan et Morgan. Celle-ci enlève l’ensemble des plexus hémorroïdaux en disséquant chaque pa­quet hémorroïdaire à partir de la marge anale puis en remontant jusqu’à la partie basse du rectum où chaque pédicule vasculaire est lié. Les plaies d’exérèse sont séparées par des bandes de peau et de muqueuse qui sont nettoyées des petites hémorroïdes adjacentes aux paquets principaux. Ces « ponts cutanéo-muqueux » sont ensuite fixés pour obtenir le résultat le plus régulier possible.


 

Il s’agit d’une intervention éprouvée dont le taux de récidive est quasi nul. Par contre, elle comporte certains inconvénients :
-Suites douloureuses
-Durée de cicatrisation de 4 à 6 se­maine­s
-Parfois quelques difficultés de continence (suintements, voire hypocontinence pour les gaz et les matières liquides), non pas dues à des lésions sphinctérien­nes comme on le pense couramment, mais à la dis­parition des coussinets hémorroïdaires qui permettent une occlusion fine du canal anal, et à la perte d’une partie de la muqueuse anale dont la sensibilité permet l’adaptation du réflexe de continence à la nature du contenu rectal.

L’intervention de Longo est totalement différente. Elle enlève pas ou peu d’hémorroïdes.  Elle a pour but de traiter les deux éléments de la maladie hémorroï­daire : congestion et prolapsus. Les plexus hémorroïdaux sont dévas­cularisés par la section des artères hémorroïdales à la partie basse du rectum, et réintroduits à la partie haute du canal anal. Ces deux gestes sont assurés par la résection d’un lambeau muqueux circulaire à la partie basse du rectum à l’aide d’une pince qui sectionne et agrafe la muqueuse dans le même temps.
Les avantages de la technique de Longo sont :
-La préservation de la physiologie anale
-Des douleurs post-opératoires modérées
-Une cicatrisation rapide
Ainsi, l’intervention de Longo peut être proposée en particulier lors de pathologie hé­morroïdaire moins importante pour laquelle une hémorroïdectomie classique paraîtrait abusivement agressive.
Par contre :
-Elle n’est pas toujours possible (en cas de lésions associées : hémorroïdes externes, marisques importantes, fissure…, ou lorsque le calibre anal ne permet pas l’introduction de la pince)
-Des complications précoces sont possibles, notamment les thromboses hémorroïdai­res externes.
-Il s’agit d’une technique relativement récente dont les résultats à long terme ne sont pas connus. Des récidives sont probablement possibles, notamment chez les patients qui conser­vent de mauvaises habitudes de défécation (refus du besoin, poussée en l’absence de besoin).
Néanmoins, la technique de Longo, lorsqu’elle est réalisable, a ma préférence en raison de son caractère nettement moins agressif.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer